Compte-rendu de la journée sur la recherche indépendante du 24 septembre 2020

0 vote

Ces prises de notes ainsi que les cartes conceptuelles ont été réalisées par Pierre-Alain Cardona.

Le plan (texte ci-dessous) a été complété et modifié par Benjamin Grassineau.

Carte conceptuelle de la réunion

1- Introduction

Participants

  • Hugues, Benjamin, Tahar, Leila, Ben, PA, Lignes de crètes.
  • A distance : NCIS, David.

Présentation de l’association NCIS

  • Asso de recherche indépendante
    • Objet : c’est la qualité de nos travaux, pas le poste.
    • Défis : isolement, accès aux ressources de la fac, accès aux archives et biblio, du soutien financiers et moral.
    • Le plus important : la communauté, le soutien et la solidarité.
    • La publication ? Ce n’est pas un problème.
  • Problème de légitimité de la recherche indépendante ?
    • Pourquoi est-ce difficile en France et moins dans les pays anglo-saxons ? Il faut un métier avec une affiliation, un identifiant…
    • Recherches sur l’identité : la perception des autres, l’auto-perception ? quelqu’un qui n’est pas sérieux ? un chercheur manqué ? Indépendant parce qu’il n’a pas de poste universitaire ?
    • Hugues relate son expérience : « impossible d’accéder à certains espaces de recherche s’il s’affirme chercheur indépendant » ! Formes de discrimination ? Profession excluante, qui se protège ?
    • Pourquoi ils se sentent remis en cause.

2- Recherche indépendante ?

Contexte favorable

  • Recherche institutionnelle de plus en plus précaire et de moins en moins autonome.
  • Un champ alternatif de plus en plus important.

Indépendant ?

  • Par rapport à quoi ? La recherche institutionnelle néo-libérale ?
  • Multiples formes :
    • Lorsqu’on travaille avec des habitants chercheurs qui participent à des recherche-action : peu de reconnaissance.
    • David Bodinier nous présente son travail d’un état des lieux des recherches-action en s’appuyant sur le groupe de Guattari avec le CERFI et souhaite défendre un droit à la recherche. Rappel des principes du groupe du CERFI : un champ d’invisibilité, un tiers secteur entre recherche institutionnelle - public, pas académique, la recherche indépendante produit sous forme académique , privé - entreprises, en lien avec la pluralité des savoirs.
    • Vers la recherche conviviale, recherche citoyenne, culture libre ?

Des critères ?

  • Les écrire : un doctorat ou pas, une expérience universitaire même précaire, des publications, évaluées par leurs pairs, dans leur blog personnel, aussi ?
  • Recherches mises sous licences libres (open access) ? publication ouverte ?
  • Pourquoi ne pas définir la recherche par le résultat ? Ou au contraire par l’activité. Sans le diktat de la publication.
  • Les chercheurs-acteurs : docteurs, non docteurs, défini par son activité, dans un rapport social, donc dans un rapport de domination. tendre vers la non subordination.
  • Choix ou non de l’indépendance : j’en fais quoi ? je produis quoi ? pour qui ? pour quelles finalités ?

3- Pour quelles finalités ?

C’est un acte fondateur ?

  • Créer un imaginaire instituant. Où sont les nouvelles centralités populaires ?
  • Créer une université ? Histoire du collège coopératif.
  • Est ce que l’on rend visible ? quels espaces temps ? la régularité ?

Un combat politique

  • C’est un savoir situé.
  • Créer un tiers-espace de la recherche, un champ de recherche autonome, dans un dialogue avec l’institution, dans un espace instituant, on monte un dispositif autonome.
  • Une forme indisciplinée, refuser les formes disciplinaires du champ institutionnel.
  • La problématique est construite en situation. Avec référentiel / axiologique : pour changer les paradigmes, Castoriadis, autonomie et non hétéronome, on crée ses propres normes, instituant et non institué.

4- Des tensions à mettre en travail

Statut de la recherche-action

  • Critiques : un éducateur ne peut pas être chercheur ? Des chercheurs trop impliqués ? Comment se distancer de l’objet de recherche ? Avec des théories, des concepts.
  • Légitimité ? Des expériences ou des activités plus légitimes que d’autres. Questions ? Le CV répond à des contraintes ? Le confinement : « tu n’es pas payé, tu n’es rien ». Le temps pour soi n’est pas rémunéré.

Publier ou diffuser ?

  • Obligation ?
  • Pourquoi définir la recherche par la publication quand certains chercheurs académiques produisent « une idée » et la rentabilise tout au long de leur vie. Est-ce que ce qui compte, c’est seulement de savoir où c’est diffusé ? Une recherche auto-publiée ne sera pas critiquée ?
  • Mais contrainte de faire référentiel. Éviter l’isolement.

Formes de cette autonomie ?

  • Seul /Collectif : chercheur isolé, chercheur en collectif. L’écriture collective permet de redéfinir des statuts, l’auteur. Auto-publication / publication ouverte ?
  • Autonomie / Hétéronomie : pouvoir de soi, pouvoir des autres sur soi.

Comment on mange ?

  • Quels financements ? Quels modèles économiques ?
  • Contrainte : sortir de l’appel à projet ?
  • Par l’éducation populaire.
  • Consultant ? en CAE ? Ils cherchent un modèle économique alternative, ils ne se revendiquent pas indépendant.
  • Avec qui ? Comment ? Des fondations existent dans le champ anglo-saxon. Fondation pour le progrès de l’homme.
  • Une alternative au marché classique : les communs, le communalisme, le communautaire.
  • Poursuivre la réflexion : des outils à construire. des modes d’assurance mutuelle pour nos activités, des exemples à repérer : FPH, Pierre Mollo, recherche sur le plancton, Brest.

5- Quelle stratégie ?

Faire archipel ?

  • Quelle articulation ? collective, politique, institutionnelle.
  • Une recherche nomade, face au capitalisme de flux ?
  • Une forme collective : renouveler les formes syndicales, mutualisation des outils, mais pas que !
  • Défendre un droit à la recherche ? Ce droit doit s’inscrire dans des formes de luttes : droit à la ville, droit à la culture, culture libre : droit à la diffusion, droit aux ressources.
  • Peut permettre de faire du lien avec d’autres, éviter l’éparpillement et donc l’invisibilité et le droit est un instrument à la condition des luttes.
  • Différence entre les domaines de recherche ?

Des actions médiatiques et politiques ?

  • Oui !
  • Quelles ressources ?

Quels alliés ?

  • CEDREA : avec des professeurs, avec des chercheurs.
  • LISRA.
  • Lignes de crête.
  • IRTS Parmentier.
  • Colloque Science ouverte université de Montréal (2013) : question de la reconnaissance de la recherche non académique, quels sont les référentiels académiques ?
  • GratiLab : projet de laboratoire de recherche conviviale sur la gratuité et la culture libre.
  • Être affilié à la NCIS.
  • Autres formes : recherche création : théâtre communautaire au pôle universitaire Condorcet
  • Relation avec des GIS ? groupement d’intérêt scientifique
  • METIS : G.I.S – Métis Cairn.info

Problème de la récupération : ALLISS ? Colloque fin novembre : revendiquer, accaparer le tiers secteur de la recherche.

6- Quels sont prochains pas ?

Quelques objectifs partagés

  • Etat des lieux, enquête : laboratoires existants, approche statistique, représentations du chercheur indépendant.
  • Comment valoriser les recherches indépendantes ?
  • Etat des lieux à mettre en partage : travail Chercheurs - Habitants, Pas Sans Nous, APPUI, CVPT, APU Grenoble.
  • Les parcours expérientiels. Partager notre parcours et positionnement de chercheur ? autobiographie raisonnée.
  • Cartographie, géographie humaines : comparatiste, europe, amérique latine
  • Problématiser la définition, le statut.

Les conditions

  • Voir le processus de recherche : un temps long, des publications, pour faire référentiel
  • Financement : participatif, bénévolat, missions, appels à projets ?
  • Cohérence moyens / fins ?
  • Contre-expertise.

Les moyens

  • S’auto-missionner sur la production de savoirs autour de la recherche indépendante.
  • Un espace numérique ?
  • Un texte commun ? on le partage dans un réseau proche
  • Un support sur la plateforme Recherche-action.fr. un site par recherche-action.

7- Ressources à partager

Posté le 23 novembre 2020 par Benjamin Grassineau